Péripéties Sudiennes du Club des Cinq.

Jour 1. Arrivée à Rio.

Vous avez tous reçu mon mail, je ne vais plus m'attarder.

Publié le 13 février 2015.

Séparateur

Jour 2. Ilha Grande. Et le reste.

Journée entièrement consacrée à la mer.
Participants à la cuisson : Annick, Laetitia, Aurélien, Renato et moi-même.

Départ de la maison vers 11 heures. Arrivée sur Ilha Grande 45 minutes plus tard.
Le soleil un rien trop puissant pour un premier jour. Surtout sur la mer. Donc, arrêts fréquents, surtout au retour. Je suis parti comme un touriste et revenu comme une écrevisse. Cuite, je précise.

Ilha Grande


Ilha Grande


Nous sommes le 13 (pour les fous de la météo, 35° (à l'ombre bien sûr), soleil). Nous attendons Michel qui devrait rentrer plus tôt que d'habitude.

Demain il est prévu une grande expédition. Plus de 1.000 km (voir routes du Brésil). Départ prévu à 5 heures du mat. Ben oui, il y en a qui dormiront encore en Europe.
Retour envisagé le vendredi 20.

Ne sachant pas s'il y aura beaucoup de points de connexion, ne vous alarmez pas si la page reste quelque peu figée.
Le weekend du retour je remettrai tout cela en ordre. S'il me reste un peu de force.

Publié le 13 février 2015.

Séparateur

Jour 3. REPOS et Caïpi

Journée au calme. Le temps s'est couvert en fin d'après-midi et nous en avons profité pour aller nager.

Demain nous quittons la douce chaleur de notre quotidien pour ... l'Enfer du Sud.

Apero


Apero

S A N T E !!!


Publié le 13 février 2015.

Séparateur

Jour 4. 14 février 2015. Voyage vers Ponta Grossa.

Première chose rigolotte : J'ai du rappeler aux Mâles en présence que nous étions le jour de la St Valentin.
Quelle n'a pas été ma surprise d'apprendre qu'ils ne se le souhaitaient pas. :-((

OUI ! Nous avons réussi à partir de Itacuruça à 5H15. Un record en la matière. Faire lever Michel le premier jour de vacances à 5h, tout un symbole.

Là, la photo a été prise au premier arrêt. À Itac, il faisait encore tout noir.

Départ d'Itacuruça


Premier pilote de la voiture : Michel. Il avait peur que les autres ne dorment encore un peu trop.

Aurélien



Premier arrêt, 7h30. Nous avions établi (enfin, Michel avait décidé) que nous faisions une relève toutes les 2 heures. Avec changement de pilote. Lui a tenu ;-)

Second pilote, Patrick. 7h30 - 11h45. Ce qui est bien dans ce cas, c'est la place que vous vous octroyez dans la voiture. C'est un peu vous qui décidez... Direction, Sao Paulo. Et ses bouchons infernaux que Michel n'avait pas prévus.

Il faudra juste souligner que ce fut la partie du voyage la plus cool, sereine, douce (mouvements de la voiture), zen, ... Bref, tout le monde a réussi à dormir. Vous connaissez tous ma légendaire objectivité ...

Pat au Volant



11h 45 : Déjeuner à la sortie de Sao Paulo. Rustique, certes, mais délicieux et préparé avec amour la veille par tout le monde, sauf ... moi. On allait quand même pas se mettre à 5 pour faire 10 sandwiches, non ? Aurélien a pris le volant. Remarquez, je ne parle plus ici de "pilotage". A son âge ... Et en route vers Ponta Grossa. Point d'arrivée.

Aurélien



Remarquez comme il arrive à se faire peur quand il est au volant. ;-))

Et non, il n'a pas fini le voyage car 1h30 plus tard, il a laissé le volant à sa demi. Heu, moitié. Bref, Laetitia. Aucun commentaire ne sera fait sur cet épisode. Rien d'élogieux à dire (rires).

Si vous roulez dans sa voiture, il sera important de savoir qu'elle a peur de l'eau... Même une goutte. Nous avons même l'intention de lui donner un petit nom : la GOUTTE (wouarfff)

Laetitia



Nous sommes enfin arrivés, après 13h30 de route à Ponta Grossa. Et à l'hôtel PREMIUM. Endroit depuis lequel, pendant que les 4 autres dorment, je travaille d'arrache pied pour que vous puissiez suivre nos ... ébats.

Hall Hotel Hall Expo Caricatures


Salle Petit Dej


Chambre à coucher Chambre à coucher

Bref, en cette journée, nous avons traversé pluie, fous-rires, soleil, canicule, fraîcheur (20 à l'arrivée), pluies torrentielles, et sécheresse. Je ne parle pas de la famine, de la soif intense provoquée par certaine "pilote", et tutti quanti.

Arrivée dans les chambres vers 19 heures, et rendez-vous à 20 heures pour l'apéro. Ce qui, vous vous en doutez, ne fut manqué par personne. Non, non, pas même moi.

Demain départ vers 10 heures pour une expédition qui prendra sans doute la journée.

Publié le 15 février 2015.

Séparateur

Jour 5. 15 février 2015. Ponta Grossa.

Un rien malade (petites crampes dans le bas ventre), Je n'ai pas été très enclin aux photos et aux grandes découvertes. De plus, le beau grand ciel bleu nous accablait par les puissants rayons du soleil.

Donc et malgré cette belle opportunité, pas beaucoup de photos et encore moins le courage d'alimenter la page aujourd'hui (enfin, hier). Juste ce petit bout d'article ce matin avant le réveil des comparses.

J'espère que pour la balade dans le Grand Canyon, mon mal se fera un peu oublier, ce qui semble être le cas à cette heure.

Beau ciel bleu


S'il n'est pas trop tard ce soir et surtout si je ne suis pas trop fatigué, je le ferai avant de dormir.
Parce que, faut pas croire mais cela prend quand même un peu de temps la rédaction et la préparation des tofs. Et je ne peux le faire que lorsque les autres sont sur le point de s'endormir. Vers 23-24 heures.

Non, non, ne nous croyez pas en vacances, on bosse vraiment dur ici...

Bon, allez, juste à la demande générale de personne, une photo. Pas travaillée, juste mise à dimensions.

Annick, Michel, Laetitia et Aurélien


Publié le 16 février 2015.

Séparateur

Intermède. Retour à la casa.

Avant de continuer le récit du voyage dans le Sud du Brésil, voici en images les raisons pour lesquelles je ne pourrais pas vivre dans ce merveilleux pays.
Annick, Michel, Laetitia et Aurélien sont au défilé des vainqueurs du Carnaval de Rio. Les 6 meilleures écoles défilent ce soir.
Chaque école a 1h15 pour son passage. Il y en a 6 qui passent. Faites le calcul.
6 * 1h15 = 7h30. Début des festivités : 21 heures. Fin : ... ;-))
C'est l'une des raisons de ma non participation à la fête. Les MOS-QUI-TOS !!! (je devrais dire les MOUCHES-QUI-TUENT ;-))

Allez, 3 petites photos :

Piqûres


Piqûres


Piqûres


Ceci malgré les produits en abondance, la clim à fond la nuit (pas top pour dormir mais indispensable), quand il y a, un grand ventilo de plafond (à fond aussi) et, soit habillé soit dans l'eau.
Oui, je sais, ils m'adorent !!! :-D

Et je ne vous dis pas quand une crise de chatouillis me prend au milieu de la nuit. Surtout pour la piqûre sur la plante du pied.
Aurélien qui a une (ou 2 ou 3) piqûre ne résiste pas, alors, multiplié par 50, imaginez :-D

Je précise aussi que le gonflement des pieds n'est pas du à l'avion comme je le pensais mais juste aux piqûres puisque rien en arrivant et que les pieds ont commencé à gonfler après les premières attaques :-))

Et je terminerai cet épisode par un proverbe chinois très d'actualité.

Proverbe chinois


Allez, assez d'horreurs pour ce weekend.
Bon dimanche à toutes et à tous. Bisousssss

Publié le 21 février 2015.

Séparateur

REMERCIMENTS.

Avant de reprendre la narration de nos aventures "sudiennes", je remercie énormément Michel et Annick, non pas de m'avoir obligé à supporter la Goutte ou Aurélien (rires), non pas d'avoir donné rendez-vous aux mosquitos (sal.....) dans MA chambre, à MA table de petit déjeuner ou encore sur MA portion de plage pour s'en débarasser, non pas de m'avoir fait souffrir sur les autoroutes exclusivement réservées aux 4x4 (vous verrez sans doute quelques extraits), non pas ...
Mais de m'avoir supporté tout au long de cette semaine infernale dont on se souviendra des fous rires qu'il a eu pendant certaines parties de billard, des chouettes conversations hautement philosophiques que nous avons nourries des heures durant, de m'avoir fait découvrir comment un futur beau-fils (?) pouvait essayer de séduire les parents de sa belle (?) en discutant entre autre de vins, ...
Bref, de nous avoir tous régalés toujours dans la bonne humeur (surtout dans les périodes très difficiles et graves). Alors, Michel et Annick

UN ENORME MERCI POUR TOUS CES MOMENTS PASSES EN VOTRE COMPAGNIE !!!

Publié le 22 février 2015.

Séparateur

Des explications.

En recherchant un remède aux piqûres de moustiques, j'ai trouvé ceci ... On ne parle pas de vitamines B, dommage !

Moustique

Cliquez sur la tof pour les explications;-))

1 - Pas de chance, je suis du groupe ... O.
2 - Pas de chance, je suis gros et je respire fort
3 - Pas de chance, tout le monde sait que je n'aime pas le sport
4 - Pas de chance, je ne boirai même plus une bière, et donc, plus de caïpi
5 - Pas de chance, tout le monde sait que j'adore les couleurs vives (et la nuit, comment qu'ils font ?)
6 - Quelle chance, je ne suis pas enceint ;-))
7 - Pas de chance, mes bras aussi comportent peu d'espèces différentes de bactéries
8 - Pas de chance, je dois me trouver dans un endroit qui doit comptabiliser 2.999 espèces.
9 - Pas de chance non plus, ce spray sortira sans doute le jour de ma mort :-D

Sachez toutefois que je reste profondément optimiste (Comment j'essaie de me con vaincre quand même)
Donc, à ma chère soeur qui me reçoit, quoique je puisse faire, je me ferai bouffer.
Bon, tout cela n'est peut-être pas très sérieux mais au moins, c'est riz golo...

Publié le 22 février 2015.

Séparateur

Jour 5. 15 février 2015. Suite et fin.

Après les rochers de Vila Velha, les gouffres de la même localité.

La première image montre comment se sont formés ces gouffres remplis d'eau.

Formation Gouffre


Il faut imaginer que de la plateforme sur laquelle nous sommes et la surface de l'eau, il y a 56 mètres.
Beaucoup de fêtes entre jeunes se faisaient ici. Et après avoir bu "un peu", ils voulaient montrer qu'ils n'avaient peur de rien.
Et donc, ben oui, ils sautaient. Peu en revenaient ... vivants (une chute de 56 m.). D'où la fermeture de ce site au public sans surveillance.

Gouffre


Publié le 22 février 2015.

Séparateur

Jour 6. 16 février 2015. Tibagi, PARANÁ, BRASIL. Cânion do Guartelá.

Après une nuit calme et de repos bien mérité, visite du Cânion do Guartelá.

Paysage grandiose. Et nous ne vous avons pas menti, les nuages et la pluie sont toujours présents.

Cânion do Guartelá


Cânion do Guartelá


Quand j'aurai le temps et les outils, je pourrai assembler plusieurs photos pour un grand panorama.

Tout au long de notre parcours, nous découvrons, entre autres choses, des peintures rupestres.
Pas très claires sur ces photos prises au grand angle. Pas l'idéal, évidemment.

Cânion do Guartelá


J'y ai aussi retrouvé de la famille rup.... Non, juste de la famille ;-)

Cânion do Guartelá


Allez, en route vers la faille de Vila Velha.

Route de la faille


Tout ce que vous voyez autour de cette "autoroute" appartient à un propriétaire privé. Ils ont de l'espace au moins. Cette route faisait plusieurs dizaines de ... km.

Entrée de la faille de Vila Velha.

Entrée de la faille


Le petit bonhomme en rouge et assis sur le rocher est notre guide. Sans lui, pas question de trouver ce genre d'endroit.
Cette photo juste pour souligner qu'il a entre les mains une longue perche. Ce que l'on ne voit pas, c'est qu'elle se termine en fourche.
Il venait de la couper en nous disant : "C'est pour les "cobras" (serpents en général)." On ne l'a pas cru.

De plus, il nous a dit que ces serpents sont dangeureux (raison de la perche). En fait, ils sont au dessus de la paroi et se laissent tomber sur leur proie. Quel bonheur :-))
Autant vous dire que nous avons regardé où nous avons posé les pieds (rire). Michel m'a dit en sortant que je ressemblais au petit chien que l'on trouve sur les plages arrière des voitures. La tête, en haut, en bas, à gauche, à droite et on recommence (non, ça ne me faisait pas rire du tout).
Il n'empêche que LUI, il était DERRIERE moi. IL avait le terrain dégagé. Pffttt, petit joueur va !

Et OUI, nous avons eu droit à un petit serpent qui ressemblait étrangement à un crotale avec sa queue en "anneaux". Pas à l'aise nous étions.

Cette journée fut particulièrement dure et sportive. Après les dénivelés du canyon, l'étroitesse des failles à parcourrir.
Et tout cela, juste pour une petite cachoeira. Vous ne vous rendez pas compte de ce qu'ils me font subir. :-((
Pour vous donner une idée, la faille fait dans sa plus grande largeur, 1.5 m. Dans sa plus petite hauteur, 25 m et peut aller jusque 75 m.

Faille


Vive le grand angulaire qui permet de ramener tout cela à un vulgaire chemin de ... campagne. Ou presque.
Ajoutez à cela, l'eau qui coule sans arrêt le long des parois et qui n'arrête pas de vous tomber dessus. On a bien essayer de garder les pieds secs, mais à la fin, on faisait comme les gamins dans les flaques d'eau. Impossible de se tenir au sec.

Même Michel, grand sportif devant l'Eternel, a eu quelque mal à remonter la faille au retour. Il s'est d'ailleurs blessé.
Mais voilà enfin le spectacle tant attendu.

Cascade


Cascade


Cascade


The End for 2d

Publié le 22 février 2015.

Séparateur

Jour 7. 17 février 2015. Curutiba - Morretes & PARANAGUÁ, Park Hotel Mata Atlântica.

En route pour Morretes. En fait, Nous voulions prendre le train qui part de Curutiba pour se rendre à Morretes. Et retour.
Michel s'est donc renseigné pour préparer notre départ le matin, mais ... (Il y a souvent des ... mais ;-)) ). Départ du train de Curutiba à 7 heures. Oui, je n'ai pas dit ... 19 heures, heure du retour.
Heure du levé obligatoire : 5 heures. Ça rafraîchit tout de suite. Et donc, nous sommes partis vers Curutiba en voiture ... un peu plus tard.

Mais pourquoi de Curutiba ? Cette grande ville de plus de 1.5 million d'habitants et capitale de l'État de Paranà a été élue la ville la plus propre du monde. Et nous étions curieux de voir ça. La 3ième ville la plus sage du monde. Voici un article pour ceux qui veulent appronfondir : Curutiba ;-)
Tout cela pour arriver dans la petite ville de Morretes.

Il paraît que ce voyage en train de montagne est tout à fait génial. Ce train est un peu l'équivalent de notre Orient Express.

Bref, Curutiba est tellement propre qu'il n'y avait rien à photographier ;-))
Et nous avons continué notre chemin vers Morretes. Pour voir la ville de destination du train. Et la gare que l'on nous a promis très jolie.

Maison
Une petite maison et pas le pont (Ponte Velha) que l'on voit partout.


Maison
Encore une, avec la rivière. Voyez la pluie qui ne nous a pas quittés.


Pas de photo de la gare. Pire que les nôtres quand elles sont désafectées. Aucun intérêt.
Par contre, nous nous sommes restaurés au "Ponte Velha Restaurant". Et nous nous sommes essayés au plat typique du coin : le "Barreado à beira rio".

Constitué de farine de manioc, du boeuf qui a mijoté des heures et qui se "détache" très facilement, le bouillon de la cuisson et des ... bananes (sourire).

Préparation:
- Tapissez votre assiette de farine de manioc.
- Ajoutez la viande par dessus et un peu de bouillon
- Mélangez pour arriver à une consistance type "béton qui commence à sécher".
- Testez la préparation

Aurélien
Il faut qu'elle reste collée à l'assiette. A l'instar de la crème fraîche battue.
Voyez la tête d'Annick, pas vraiment rassurée.


- Rajoutez du bouillon et les bananes
- Mélangez et dégustez.

Ça n'a pas l'air comme ça mais c'était très bon ;-)

Après le repas, petite visite du marché local (3 stands), départ vers notre destination du soir : Paranaguá et son Mata Atlântica Park Hotel.


Mata Atlantica Mata Atlantica
Intérieur.


Mata Atlantica
Entrée. Le matin très tôt.


Mata Atlantica Mata Atlantica
Toujours le matin très tôt, 3 photos plus tard. Remarquez le brouillard. 10 minutes plus tard, on ne voyait plus à 10 mètres.


C'est donc ici que nous avons découvert que Michel pouvait vraiment avoir de fous rires. À s'étouffer ;-). Au billard.

Mata Atlantica Mata Atlantica

Mata Atlantica
Il y a les gens sérieux et ...

Mata Atlantica
... l'autre (rire). Il n'a pas compris qu'il fallait laisser gagner Michel ...


Et la fatigue s'installa. Repas avec musique d'ambiance. Fatigués nous étions.

Mata Atlantica Mata Atlantica

Mata Atlantica Mata Atlantica
FA-TI-GUÉS

Mata Atlantica Mata Atlantica
Laetitia n'a plus la force de soulever son verre et Aurélien a encore la volonté d'essayer de séduire son ... futur beau-père (sourire).


Et demain est un autre jour. Nous partirons vers Ilha ...

Publié le 25 février 2015.

Séparateur

Jour 8. 18 février 2015. ILHA do MEL.

En route pour Ilha do Mel. Rencontre avec les dauphins.

Ilha do Mel
Tout déplacement commence par la ... billetterie. :-((
Tiens, Laetitia se serait-elle fait picouser par un 'stique ?

Ilha do Mel
Et Michel qui ne se défait jamais tout à fait du ... travail.


Ilha do Mel
Sur toute île il y a au moins 1 ponton.


Ilha do Mel Ilha do Mel
Laetitia tenue en laisse par Aurélien qui s'attaque à la séduction de la future belledoche :-D


Ilha do Mel
Une mangrove sous un chouillat de ciel bleu. Après ...


Ilha do Mel
... le chemin du retour vers le continent ne présage rien de bien.


Mais, même si nous nous étions un peu mouillés, nous sommes bien rentrés.
Par contre, pas de photos des dauphins. Je n'avais que mon 50mm, pas de lumière et le bateau tanguait. Pas simple.

Publié le 25 février 2015.

Séparateur

Jour 9 & 10. 19 & 20 février 2015. ILHABELA & PARATY.

Voici les dernières photos de notre périple dans le sud du Brésil. Notre remontée par Ilhabela et Paraty.

Annick et Michel sur la route de Ilhabela
Tout au dessus de la route de "montagne", un beau point de vue.


Route Ilhabela
Un autre point de vue sans les intigateurs de l'expédition. ;-)


Sur la route toute la sainte journée

Sur la route toute la sainte journée
Point de vue d'un petit restaurant où l'on s'est rafraîchit. Chaud, très chaud il faisait.

Sur la route toute la sainte journée
À partir du bac qui nous a fait traverser vers Ilhabela.


Un bon repas à l'étape.
Un repas, toujours dans la bonne humeur. À part Michel, on ne savait pas encore ce qui nous attendait le lendemain.


LA carte de toutes nos souffrances à venir.
La carte qui présageait nos futures souffrances. 22 km de bosses et de fosses que même les pilotes du Dakar n'auraient pas aimé.
C'est la petite route en ... jaune ;-) Pas de croisement de véhicules possible. Ils ferment l'aller à 14 heures et ouvrent le retour à 15 heures.
Plus d'une heure pour 22 km.

Sur la route toute la sainte journée
Impossible de prendre des photos sur la route. On prépare la GoPro. Pour les vidéos je compte sur Aurélien.
Heureusement qu'on a profité du bon repas la veille ...
En arrivant sur la plage, on nous avertit tout de suite que les moustiques des villes sont très gentils par rapport à ceux d'ici.
Résultat ? Enduisage de crème ET je suis resté 3 heures dans l'eau. Pas de piqûre mais une petite roséole :-D


Pas d'arrêt sur la route de Paraty. Trop fatigués de notre tour en "vrai 4x4" dans lequel Michel s'est fort bien amusé par ailleurs.
Voici en vrac, 4 photos de Paraty. La nuit de Patrick et le jour de Laetitia. Elle est bonne ma nini, non ???

Paraty la nuit

Paraty la nuit

Paraty la nuit

Paraty la nuit


Voilà pour notre grande virée dans le Sud. Je tiens encore à remercier ici Michel et Annick pour ce dur périple.
La page sera calme quelques temps sans doute. Mais pas trop j'espère.

A tout bientôt tout le monde.

Publié le 26 février 2015.

Séparateur

Icone HtMl 5 - 2011 © Tous droits réservés | Webmaster: Patrick Jacqmot | Pour info: Patrick